Skip to content Skip to footer

Pour la 3e année consécutive, Racines de ciel propose un atelier d’écriture créative en ligne. Après Napoléon et moi puis Mon musée imaginaire, l’atelier 2023 aura pour thème Écritures et réécritures. Destiné à un groupe de 10 participants et animé par Isabelle Miller, il se déroulera en 6 séances hebdomadaires en février-mars.

Tout au long de l’année, le suivi de l’atelier se fera via la plateforme SLACK.

À partir de propositions en lien avec le thème de l’atelier et articulées à une modalité d’écriture différente chaque semaine, les participants écrivent leurs textes entre deux séances et les envoient à tous. Les textes sont présentés, lus à voix haute et commentés lors des plénières. Une pratique de l’écriture à la fois simple et sincèrement engagée qui favorise l’introspection et la mise en lumière d’un univers personnel, nourrit l’imagination, développe des compétences d’écriture et de prise de parole en public. Enfin, en passant du côté de la fabrique de l’écriture, en testant et expérimentant différents outils pour leur propre compte, les participants deviennent de meilleurs lecteurs.

La démarche de l’atelier trouve son aboutissement dans la publication d’un florilège des textes des participants dans les pages Décaméron sur le site des éditions Albiana.

 

Le débat des éditeurs

L’organisation en distanciel est cohérente avec une activité qui requiert à la fois intimité et partage, cette présence absente qui est l’essence même de l’écriture. Tous les participants se retrouvent tout de même en « présentiel » lors d’une soirée spéciale, en avant-première des rencontres littéraires Racines de ciel à Ajaccio en juin. Coanimée par Isabelle Miller et l’éditeur Bernard Biancarelli (éditions Albiana), le « débat des éditeurs » est l’occasion de présenter aux participants un invité du monde de l’édition, un acteur national de la chaîne du livre.

L’atelier d’écriture créative en ligne

Conçu en 2021, l’atelier d’écriture créative en ligne de Racines de ciel est animé par Isabelle Miller depuis sa création. Cette année, l’écrivaine et enseignante est rejointe par DavidDucreux. Les séances ont lieu en visio-conférence via les plateformes SLACK pour Isabelle et ZOOM
pour David.

Le texte de motivation de Isabelle à l’origine de la création de l’atelier d’écriture :
« L’atelier se déroule en visioconférence hebdomadaire pendant six semaines. Ce pari d’un atelier en ligne avait été fait avant la crise sanitaire ; l’explosion des outils à distance a confirmé sa pertinence. Cette facilité à ouvrir une fenêtre de dialogue à partir de chez soi, c’est la métaphore même d’un atelier d’écriture. Quoi de plus intime qu’une page que l’on écrit pour soi ? Quoi de plus stimulant que le moment du partage avec les autres ?  Un atelier d’écriture n’est pas une formation à devenir écrivain. C’est encore moins un cours où l’on apprend à bien écrire – disons même que c’est un endroit où l’on a le droit d’écrire mal. Si on y apprend quelque chose, c’est à écouter la voix intérieure qui va guider la main sur le papier ou le clavier, à favoriser un cadre dans lequel on libère sa créativité. C’est un bac à sable où l’on vient jouer, avec ses mains ou avec le seau du voisin, et peu importe si l’on fait des pâtés ou des châteaux.  À la fin de chaque séance, les participants repartaient avec une nouvelle proposition qui se voulait invitation à explorer son propre univers. C’était une sorte de consentement à se laisser guider plus loin, raconter un moment imaginaire ou un moment privé, évoquer une révélation bouleversante,
cartographier des souvenirs intimes sur le plan d’une ville dans laquelle on déambule lors d’une visite guidée des émotions, et pour finir, un au revoir formulé en une seule phrase la plus longue possible
comme pour retarder le moment de se quitter. Et quitter l’atelier sans quitter l’écriture. Si le but était moins la production de textes que le parcours créatif, Mychèle Leca a tenu à donner à cette expérience d’écriture la forme concrète, imprimée, d’un florilège qui présente un échantillon de nos travaux. Grâce au compagnonnage des éditions Albiana, l’ensemble des textes de l’atelier est accessible dans le cadre de la revue en ligne intitulée Le Nouveau Décaméron,
sur www.albiana.fr/blog »

L’atelier d’Isabelle Miller se compose d’un groupe de 10 participants, réunis lors de 5 séances d’écriture entre janvier et mars 2024. Après Napoléon et moi, Mon musée imaginaire et Écritures et reécritures, l’atelier 2024 aura pour thème : Raconter la vie des autres. À partir de propositions en lien avec le thème de l’atelier et articulées à une modalité d’écriture différente chaque semaine, les participants écrivent leurs textes entre deux séances et les envoient à tous. Les textes sont présentés, lus à voix haute et commentés lors des plénières. Parallèlement à l’atelier collectif, Isabelle propose d’accompagner trois participants des ateliers des années antérieures dans un projet long d’écriture biographique, suivi à raison d’un rendez-vous individuel par mois pendant 5 mois. La lettre d’intention. Une pratique de l’écriture à la fois simple et sincèrement engagée favorise l’introspection et la mise en lumière d’un univers personnel, nourrit l’imagination, développe des compétences d’écriture et de prise de parole en public. En passant du côté de la fabrique de l’écriture, en testant et expérimentant différents outils pour leur propre compte, les participants deviennent aussi de meilleurs lecteurs.
Isabelle Miller

Isabelle Miller est une écrivaine française d’origine corse, romancière et essayiste (notamment, chez JC Lattès : Le Problème avec l’amour, 2017 ; La Mustang rouge de mon père, 2019 et aux éditions du Seuil : Les Inachevées, 2008, sélection prix Femina et Médicis). Docteure en littérature, elle est enseignante en écriture créative à l’école d’art Camondo.

L’atelier de David Ducreux, se compose d’un groupe de 10 personnes, réunis lors de 6 séances d’écriture entre janvier et mars 2024. Sous le thème Construire un récit, ces séances dureront 2h30, de 16h30 à 19h, les samedis 20 janvier, 3 et 17 février puis les samedis 2, 16 et 20 mars. Chaque séance s’articulera autour des textes produits par les participants et d’un thème pour avancer dans l’écriture de son propre récit. Des exercices seront proposés, ainsi que l’analyse d’extraits
d’auteurs reconnus pour en comprendre la mécanique. Une large place sera aussi laissée à la discussion et pourra se poursuivre entre les séances.


La lettre d’intention
De l’idée de départ au projet, et du projet au manuscrit, comment se lance-t-on dans l’écriture ? Par où commencer, par quoi poursuivre, où aller ? Qu’il s’agisse d’écrire une nouvelle ou un roman, un poème ou un conte philosophique, un roman policier ou de science-fiction, il s’agit toujours de raconter une histoire. L’objectif est d’écrire un récit de trois à cinq pages ou, pourquoi pas, le premier chapitre d’un roman.

David Ducreux
David Ducreux a été attaché de presse aux Presses Universitaires de France et aux éditions Gallimard où il est resté près de vingt ans. Après s’être occupé de Folio, il a été responsable presse de l’ensemble des parutions de la maison, en charge notamment des relations presse avec la province et l’étranger, des relations avec les libraires et les programmateurs de salons et les relations avec les jurés de prix littéraires. Il a quitté Paris au printemps 2023 pour se consacrer à l’écriture et devenir éditeur indépendant. Son premier roman paraîtra chez Gallimard en 2024.

Publication des textes

La démarche de l’atelier trouve son aboutissement dans la publication d’un florilège des textes des participants dans la revue mensannuelle, Le Nouveau Décaméron, édité par les éditions Albiana depuis 2020 et disponible sur le site de la maison d’édition.

Le club de lecture en ligne

Dès janvier 2024, Sandra Alfonsi ira chaque semaine à la rencontre des lecteurs, en proposant aux spectateurs venus à la rencontre des auteurs dans le cadre des rencontres Racines de ciel de débriefer avec eux sur l’entretien auquel chacun aura assisté, en s’ouvrant à d’autres lectures proposées. Régulièrement rejointe par Emmanuel Torregrosa de la Librairie La Marge en invité, ils seront informés de l’actualité et des sorties littéraires, une façon de stimuler et d’atteindre chacun, et aussi d’encourager les visites en librairie. Ce club sera ouvert à la venue des auteurs lus, et dans la mesure du possible, il est aussi espéré que nos amis écrivains rejoignent le club à l’occasion d’une lecture de leur texte, et selon leur possibilité. L’expérience et le succès de l’atelier d’écriture en ligne nous ont permis de mesurer combien, sur le territoire corse, cette façon de communiquer permet à nombre de personnes mobilisées par le livre et la lecture mais éloignées géographiquement, de nous rejoindre. C’est là, l’occasion de créer du lien social entre des personnes qui ont ce caractère précieux comme intérêt commun, l’amour du livre et de la lecture.
Les séances ont lieu en visio-conférence via la plateforme ZOOM

Le Mot de l’animatrice

Faire le lien, la passerelle sensible entre les auteurs, leurs œuvres et ceux sans lesquels elles n’existeraient pas, les lecteurs, de façon à la fois accessible, approfondie, interactive et vivante, reste pour moi la vocation première de la médiation littéraire, dans la proximité et l’échange. La formation d’un cercle de lecture éclairé, de plus en plus inclusif, permet ainsi de partager son ressenti, son plaisir ou son analyse d’un livre avec la complicité d’un public élargi et de croiser les regards au fil de discussions évolutives, qui peuvent prendre des formes diverses, en suscitant la curiosité et le débat. Pour stimuler, encore et toujours, le goût de lire.

Sandra Alfonsi

Journaliste de formation, Sandra Alfonsi est directrice de la publication et rédactrice en chef des revues Aria et l’Annu Corsu, elle sait aller à l’essence des œuvres présentées sans jamais sacrifier à la démagogie quel que soit le débat en court.
Elle a arrété de prendre en charge au cœur de Racines de ciel, des postes importants puisqu’elle anime les débats littéraires et à vocation géopolitique, le club de lecture et participe à la masterclass «Histoire et littérature ».